• ... à l'arrière, on manque de bras.

    Si le matériel fait défaut au front (voir l’article précédent), à l’arrière ce sont les travailleurs qui manquent...

    Pour les travaux agricoles, préparation des terres et semailles, des permissions seront accordées aux territoriaux et il faut réquisitionner les hommes valides dégagés des obligations militaires... Il n’est pas fait mention à cette époque d’emploi d’éventuels prisonniers allemands.

     

    La métallurgie aussi est en manque de bras, ainsi qu’on peut le voir à travers cette circulaire demandant d’établir une liste des réfugiés, demande régulière depuis le mois d’août 1914, mais cette fois-ci insistant particulièrement sur les métiers liés au travail des métaux.

    « Au front, on manque de matériel...Projection au Blanc le 8 novembre : « Le Retour des Poilus à Châteauroux en 1919 » »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :